Existence numérique : gadget ou nécessité ?

Posted on 13 mai 2010

3


Travaillant actuellement sur les grands thèmes que sont la visibilité web et, son compagnon, l’e-réputation, j’en viens à me demander la véritable nécessité d’une présence sur le web.

Je m’explique : on observe, au fil des mois, de plus en plus d’articles traitant de l’importance de la gestion web de son entreprise, des politiques marketing afin d’être mis en avant (que cela soit à facteur humain avec le Community Management, ou à facteur informatique avec le SEO), etc.. Néanmoins, aucun réel contrebalancement n’est mis en évidence.

Il me vient pourtant à l’esprit de nombreux exemples qui démontrent que cette pseudo-obligation n’en est pas une :

  • de tout temps, des entreprises se sont bâties sans publicité, connaissant un succès pourtant florissant ;
  • des centres comme des associations ou des instituts de formation ont pu croître et obtenir un statut au sein de la société, sans s’investir sur le web ;
  • des employés « standards » sont parvenus à des postes importants bien qu’ils n’aient jamais mis en place de stratégie de branding ;
  • etc.

Les outils traditionnels de mises en valeur existent toujours — qu’il s’agisse d’annuaires spécialisés, de centres de renseignement,… — et fournissent encore maintenant une porte d’accès vers les instituts de tel ou tel secteur.

Évidemment, je ne remets pas en cause le besoin d’un site vitrine, qui me semble évident du fait de son faible coût et de l’impact réel et tangible que celui-ci apporte à tout un chacun.

Mais qu’en est-il d’une démarche de mise en valeur via les réseaux sociaux ?
Ceci a-t-il vraiment un sens dans le cadre des PME ? des ASBL ? des individus ?
Cette politique actuelle de développement d’une image de marque sur le web est-elle vraiment nécessaire ?

J’entends déjà les arguments signalant qu’il est « préférable d’être présent pour agir en cas de nécessité », ou encore les précisions telles que « les paroles s’envolent, les écrits restent », subodorant un besoin de réactivité face aux mauvais messages véhiculés par quelques personnes peu scrupuleuses. Néanmoins, ceci ne me semble pas représentatif d’un besoin.

J’en arrive à la conclusion que tout ceci n’est qu’une question d’ego.
Rejoignant ici mes discours d’avant la création de ce biblioblog et de mon propre personal branding, la visibilité web m’apparaît comme un simple besoin de reconnaissance, complémentaire à celui rencontré IRL…

Certes, cet article risque de faire polémique — et, à vrai dire, c’est l’objectif, ne sachant moi-même qu’en penser —, mais il me semble important de ressituer cet état de fait, travaillant actuellement sur un projet de visibilité web (sic).

Advertisements